Spécialité Consultants et chargés d'études socio-économiques

-A +A
Master Métiers des études, du conseil et de l'intervention

Spécialité Consultants et chargés d'études socio-économiques

Domaine ministériel >
Sciences Humaines et Sociales
Composante de rattachement >
UFR GEOGRAPHIE, HISTOIRE, ECONOMIE ET SOCIETES
Lieu de formation >
Université Denis Diderot
Niveau d'étude visé >
BAC+ 5
Durée de la formation >
1
ECTS >
60
Organisation des enseignements >
Formation en alternance
VAE >
Non

Présentation

La mention de master « Métiers des études, du conseil et de l’intervention" constitue une offre de formation destinée à permettre à des personnes en formation initiale ou continue d’acquérir les connaissances, les compétences, et les savoir faire, qui leur permettent d’exercer des métiers – ou des fonctions – liés à la réalisation d’études, de diagnostics, au montage de projets, à des missions de conseil ou d’intervention, au sein d’entreprises privées ou d’organisations publiques. Le master mène aux métiers de chargé d’étude, consultant, chef de projet, audit, agent de développement, chargé de mission… dans des domaines aussi variés que le marketing, les systèmes d’information, les études d’opinion, les ressources humaines, ou l’aménagement et le développement territorial.

 

Les organisations privées et publiques font de plus en plus appel à des professionnels de l’accompagnement du changement, et ceci autour d’objets de plus en plus diversifiés. Contribuer au positionnement d’une organisation dans un environnement incertain, à la définition d’une stratégie d’action, à la mise en œuvre d’une réorganisation, à l’émergence d’une culture commune au sein d’une organisation particulière ou entre institutions différentes… exigent à la fois la mobilisation de méthodologies et d’outils de plus en plus sophistiqués et une solide formation dans le domaine des sciences sociales.

Lien vers le site du Master II MECI spécialité CCESE: http://www.ccese.info/

Objectifs

Chargés d’études et consultants sont des professionnels de l’aide à la décision. Dans un contexte économique et social de plus en plus complexe et en évolution permanente, les responsables dans les entreprises, les administrations, les collectivités locales… ont besoin d’asseoir leurs décisions stratégiques sur des diagnostics approfondis de leur environnement et d’être accompagnés par la mise en œuvre de méthodologies rigoureuses. Chargés d’études et consultants sont donc de véritables agents du changement.

Compétences visées

La spécialité forme en alternance des économistes, des gestionnaires ou des spécialistes d’autres sciences sociales aux métiers de chargé d’études et de consultant susceptible de travailler dans les différentes spécialités du secteur des études et du conseil. Chaque étudiant signe un contrat d’apprentissage avec une entreprise d’accueil qui leur assure une formation opérationnelle aux techniques et méthodes en usage dans son métier.

 

L’exercice des métiers de chargé d’études et de consultant réclame un certain nombre de compétences de base qui sont autant d’objectifs pédagogiques :

 

  • une solide maîtrise des mécanismes économiques de base et des grands principes de la gestion
  • une bonne culture générale, notamment sur les questions sociétales
  • une capacité d’analyse “tout terrain”
  • une facilité d’expression écrite et orale, en français et en anglais.

 

A ces compétences de base, les enseignements de la spécialité cherchent à associer la maîtrise des savoirs techniques en usage dans le secteur des études et du conseil :

 

  • la connaissance des sources d’information et des techniques de gestion des données
  • la maîtrise des techniques d’enquêtes quantitatives et qualitatives
  • la familiarisation avec les outils de traitements des données (logiciels de statistiques, d’économétrie, de gestion documentaire…)
  • l’apprentissage des techniques de diagnostic propres aux principaux champs d’investigation (étude de marché, comportement du consommateur, analyse sectorielle, diagnostic stratégique, conduite du changement, diagnostic de territoire…).

Etablissement(s) et laboratoire(s) partenaire(s)

Enseignements

Contenu de la formation

  Spécialité Consultants et chargés d’études socio-économiques                        
Semestre 3                                  
                                   
           
Examen terminal avec/sans Contrôle Continu
 
            MCC session 1  MCC Session 2   Note Plancher sur Ues fondamentales (2) Modalités spécifiques de calcul de la note finale (max des notes de CC, sup, ….) (2)
UE/ECUE (3) Intitulé de l'UE/ECUE responsable de l'UE ECTS Coeff Volume horaire
présentiel des étudiants EQTD
% TP Autres épreuves de contrôle continu % Examen terminal % TP (1) % Contrôle continu (1) % Examen terminal
Nbre de contrôle (2) Nature des contrôles (2) % total des contrôles Nature de l'épreuve (2) % Nature de l'épreuve (2) %
UE 1 Techniques d'expression et conduite de projet   1 0,4 40                     8  
ECUE  Présentation orale C.-A. BOTTIAU   0,2 13       100                
ECUE Conduite de projet  P. LOUBIGNAC   0,2 21           100            
  Séminaire de rentrée P. MOATI     6                       Pas d'évaluation
UE 2 Approche de l'opinion publique et techniques d'enquêtes qualitatives   2 0,8 44,5                        
ECUE      Approche de l'opinion publique  G. GAULT     12                       Pas d'évaluation
ECUE  Techniques d'enquêtes qualitatives  M. MEUNIER   0,8 32,5           100            
UE 3  Méthodologie et traitement des enquêtes quantitatives   2 1 110                     8  
ECUE  Méthodologie des enquêtes quantitatives  J.-F. TCHERNIA   0,2 18       25   75            
ECUE  Traitement des données d'enquêtes J.- F. TCHERNIA
E. ROUSSEL 
  0,8 92       100                
UE 4  Dynamique stratégique   3 1,5 105                     8  
ECUE Diagnostic stratégique  N. ANDRE   0,5 36       50   50            
ECUE Conduite du changement J. FUKS   0,5 36       100                
ECUE Prospective P. DESTATTE   0,5 33       50   50            
UE 5  Anglais  J. MURAT 3 0,3 30       100             8  
UE 6  Méthodologie de travail   4 1 105                     8  
ECUE Gestion de l'information  M.-M. SALMON   0,2 21       100                
ECUE Méthodologie de la recherche T. LAMARCHE
P. MOATI
  0,2 18       100                
ECUE Méthodologie des études J.-F. TCHERNIA   0,2 12       100                
ECUE Méthodologie de l'intervention  O. BLANDIN   0,2 18       100                
ECUE Bureautique pour les études et le conseil  F. BAZIN   0,2 30       100                
UE 7 Mémoire (1) P. MOATI 9 3             100         8 Pas de compensation
UE 8 Suivi et évaluation de la formation en entreprise (1) P. MOATI 6 2         100             10 Pas de compensation
total S3     30 10 434,50                        
                                   
Modalités générales de contrôle des connaissances et règles de compensation :   * Pas de compensation entre les notes d'enseignements, d'entreprise et de mémoire                              
  * Note plancher au mémoire de 8/20                     
    * Note plancher de 8/20 aux UE fondamentales                    
    * Pas de session 2                    
                                   
(1): A renseigner uniquement si les notes du TP ou des épreuves de CC ou des contrôles du CCI de la 1ère session sont conservées en 2ième session.             
(2) Le renseignement de cette colonne n'est pas obligatoire                          
(3) Descendre au niveau des ECUES si nécessaire                            
                                   
                                   
Semestre 4                                  
               
 
                 
            Examen terminal avec/sans Contrôle Continu  
            MCC session 1  MCC Session 2   Note Plancher sur Ues fondamentales (2) Modalités spécifiques de calcul de la note finale (max des notes de CC, sup, ….) (2)
UE/ECUE (3) Intitulé de l'UE/ECUE responsable de l'UE ECTS Coeff Volume horaire
présentiel des étudiants EQTD
% TP
Autres épreuves de contrôle continu
% Examen terminal % TP (1) % Contrôle continu (1) % Examen terminal
Nbre de contrôle (2) Nature des contrôles (2) % total des contrôles Nature de l'épreuve (2) % Nature de l'épreuve (2) %
UE 9 Tendances 1   2,5 0,8 60    
 
     
 
              8  
ECUE Economie de la connaissance et de la gouvernance  A. REBERIOUX   0,4 30           100            
ECUE Economie servicielle T. LAMARCHE   0,4 30       100                
UE 10 Tendances 2   2,5 0,8 60    
 
     
 
              8  
ECUE Mondialisation  Y. RIZOPOULOS   0,4 30       40   60            
ECUE Mutations du systèmes productif N. AZOULAY   0,4 30           100            
  Option 1 : Marketing, entreprises, secteurs et territoires                                
UE 11 Marketing, études de marché et d'opinions   6 1,9 108                     8  
ECUE Études de marché F. DORION   1 54       100                
ECUE Approches digitales des études marketing G. WEILL   0,45 27       100                
ECUE Mesure de la performance marketing M. AMPOLLINI   0,45 27       50   50            
UE 12 Analyse sectorielle et diagnostic du territoire   4 1,5 72                     8  
ECUE Analyse sectorielle  P. MOATI   0,75 36       50   50            
ECUE Analyse des tissus économiques locaux P. MOATI   0,75 36       30   70            
  Option 2 :  Organisation, emploi, travail                                
UE 11 GHR et analyse des emplois et du travail   6 1,9 99                     8  
ECUE Stratégie de gestion de ressources humaines A. PETAT   0,75 36       100                
ECUE Dialogue social, travail et intervention C. BOISSY   0,4 27           100            
ECUE Analyse des emplois, des métiers, des qualifications C. SORIA   0,75 36       100                
UE 12 Organisation et performance   4 1,5 72                     8  
ECUE Socioéconomie des organisations  E. MAGNIN   0,75 36       100                
ECUE Problématique de la performance O. BLANDIN   0,75 36       100                
  Option 3 :  Traitement quantitatif des données                                 
UE 11 Data mining et CRM   6 1,9 99                     8  
ECUE Data mining 1     0,75 36                        
ECUE Mesure de la performance marketing (mutualisé avec l'UE 11 de l'option 1) M. AMPOLLINI   0,45 27       50   50            
ECUE Gestion de la relation clientèle     0,7 36                        
UE 12  Ouverture et spécialisation   4 1,5 66                     8  
ECUE Data mining 2     0,5 12                        
ECUE Études de marché F. DORION   1 54       50   50            
UE 13 Mémoire et projet (2) P. MOATI 9 3             100         8 Pas de compensation
UE 14 Évaluation de la formation en entreprise (2) P. MOATI 6 2         100             10 Pas de compensation
total S4     30 10 291,00                        

Contrôle de connaissances

Conditions d’obtention du diplôme

 La note finale sanctionnant l’obtention du diplôme comporte trois composantes.

 I. La note de contrôle continu à l’université

1°) Chaque enseignement donne lieu à une note de contrôle continu  qui, selon la nature de la matière, sanctionne :

-          soit la réalisation d’un travail d’application,

-          soit l’examen final sous forme écrite ou orale.

 2°) Chaque note est assortie d’un coefficient proportionnel au nombre d’heures enseignées.

 3°) La moyenne des notes obtenues, pondérée par les coefficients correspondants, donne la note de contrôle continu, qui compte pour 50 % dans la note finale. Toute note inférieure à 6 dans un cours de 20 heures ou plus est éliminatoire.

 II. La note d’apprentissage ou de stage en entreprise

La situation atteinte en fin d’année par l’apprenti ou le stagiaire vis-à-vis des objectifs pédagogiques consignés dans le carnet de suivi fait l’objet d’une évaluation par le maître d’apprentissage ou de stage, assisté par le tuteur de l’université. La note ainsi obtenue entre pour 20 % dans la note finale.

 III. La note de mémoire et de projet

Chaque étudiant doit rédiger un mémoire sous la direction de son tuteur. Il s’agit d’une réflexion méthodologique et d’un exposé des résultats d’un travail d’étude et de conseil réalisé en entreprise. La note de mémoire est arrêtée à l’issue de la soutenance du mémoire devant un jury composé de deux enseignants (universitaires ou professionnels), dont le tuteur, et du maître d’apprentissage. Une note inférieure à 8 est éliminatoire.

 La délivrance du diplôme et les mentions

1°) Le diplôme est délivré par un jury composé des enseignants de la formation et des maîtres d’apprentissage. Le diplôme est obtenu lorsque le candidat a obtenu une note supérieure ou égale à 10 pour la moyenne des trois composantes de la note finale.

 2°) La mention « Assez-bien » est délivrée pour une moyenne générale comprise entre 12 et 14 ; la mention « Bien » pour une moyenne générale comprise entre 14 et 16 ; la mention « Très Bien » pour une moyenne générale supérieure à 16.

 Le mémoire

Tout d’abord, précisons ce que le mémoire n’est pas. Le mémoire n’est pas un rapport de stage, qui consisterait à présenter l’entreprise d’accueil et le contenu des missions qui ont été confiées à l’étudiant durant son stage. Il n’est pas non plus la reproduction in extenso d’un travail réalisé durant le stage dans le cadre des missions confiées à l’étudiant. Le mémoire est un travail d’ordre universitaire. Il traite

  D’une question formulée clairement, argumentée et justifiée théoriquement, pratiquement et méthodologiquement.

 La définition du sujet fait l’objet d’une concertation entre l’étudiant, son tuteur à l’Université et son maître d’apprentissage (ou maître de stage) en entreprise. Il doit être en relation avec le contenu de la mission de l’étudiant en entreprise. Chaque étudiant doit rendre avant le 31 janvier la « fiche mémoire » indiquant le sujet de son mémoire ainsi qu’un plan prévisionnel. Cette fiche doit être signée par le maître d’apprentissage, le tuteur et l’étudiant et validée ensuite par le directeur de la formation.

 Le mémoire doit témoigner de l’intérêt du détour par la réflexion méthodologique et théorique pour le traitement d’une question concrète relevant de la mission confiée à un chargé d’étude ou un consultant. Par ce travail, l’étudiant doit prendre conscience de l’importance de ne pas considérer comme étrangers l’un à l’autre le détour conceptuel et l’impératif de réponse opérationnelle à des questions concrètes posées par des commanditaires. L’étudiant doit adopter une attitude analytique et critique, s’attacher au dévoilement des acteurs, de leurs positions et de leurs stratégies…

 

Le travail de mémoire doit donc constituer une opportunité de lectures « fondamentales », de nature méthodologique et/ou théorique, dans le champ du sujet, parallèlement à l’exploitation d’études antérieures et de matériaux documentaires issus par exemple de la presse professionnelle. La rédaction doit explicitement faire référence à ces lectures. C’est en cela que le mémoire ne saurait se réduire à un « copier-coller » de rapports réalisés dans le cadre du stage en entreprise. Formellement les principes académiques de présentation (voir n’importe quelle publication spécialisée) doivent impérativement être respectés, les auteurs et sources cités rigoureusement, les références explicites, etc. Les principes déontologiques de base (pas de copier-coller sans guillemets et citations…) doivent être scrupuleusement respectés.

 Même si les « ressources » qui ont donné lieu au rapport semblent inadéquates ou trop pauvres, il est impératif, pour donner de la valeur à son mémoire, que l’étudiant fasse la preuve de sa capacité à dégager du sens et donner de la perspective (y compris universitaire) à son travail.

 En règle générale, le mémoire se compose de trois parties. La première présente la nature de l’aspect de sa mission que l’étudiant entend traiter sur le plan méthodologique dans son mémoire. Il s’y attachera en particulier à définir les objectifs associés à cet aspect de sa mission.

  La deuxième partie – à laquelle est consacrée la majeure partie du mémoire - est une discussion d’un ou de plusieurs problèmes méthodologiques, conceptuels ou théoriques soulevés par la réalisation de l’aspect de la mission retenue. Cette discussion est menée à partir de la mobilisation d’une bibliographie portant notamment sur des aspects théoriques.

 La troisième partie présente et discute les résultats obtenus au cours de la mission.

 Le volume total du mémoire devra se situer entre 30 et 50 pages, hors annexes.

 Le tuteur dirige le travail de recherche. Dans la mesure du possible les maîtres d’apprentissage doivent aider leur stagiaire, par un soutien méthodologique et en accordant du temps durant la présence en entreprises (notamment lors de la phase de bouclage). L’entreprise gagnera un apport conceptuel ou méthodologique et le stagiaire aura en main un rapport présentant son effort à d’autres employeurs …

 Une note d’étape, de 5 à 10 pages, explicitant la problématique, les partis-pris retenus et défendant le plan envisagé, sera rendue au plus tard le lundi 16 mai. Elle devra être signée par le maître d’apprentissage. Évaluée par le tuteur et un autre membre de l’équipe pédagogique, elle fera l’objet d’une note qui entrera pour 20 % dans le calcul de la note de mémoire finale.

 Le mémoire doit être rendu avant le lundi 19 septembre. Il est soutenu, devant un jury composé de deux membres de l’équipe pédagogique (dont le tuteur) et du maître d’apprentissage (ou de stage) avant le 10 octobre. La soutenance, d’une durée approximative de 45 minutes, consiste en une présentation PowerPoint d’une quinzaine de minutes au cours de laquelle l’étudiant présente sa méthodologie, ses principaux résultats et le bilan qu’il tire de son travail, suivie d’une trentaine de minutes de discussion avec le jury. La note de mémoire résulte de la moyenne de quatre notes : la note attribuée à la note d’étape, une note pour le « fond » du mémoire (coefficient 2), une note pour la qualité de la rédaction et de la présentation du rapport (coefficient 1), une note pour la qualité de la prestation orale lors de la soutenance (coefficient 1).

Stage et Tutorat

Stage >
Obligatoire

Admissions

Conditions d'admissions

Public cible:

– Titulaires d’un diplôme bac+4 (première année de master ou maîtrise) de sciences économiques, de gestion, de MASS, d’A.E.S, de sociologie… ou d’un diplôme d’école de commerce ou d’un IEP.

– Salariés bénéficiant d’un congé de formation ou de reconversion, disposant d’une expérience professionnelle reconnue par la Commission de validation des acquis.

Priorité est donnée aux candidats remplissant les conditions pour signer un contrat d’apprentissage (moins de 26 ans à la date de signature du contrat et, pour les étrangers, un statut autorisant un emploi salarié à temps plein).

A l’issue d’une première sélection sur dossier (par une commission mixte enseignants-professionnels), les candidats sont soumis :

– à une épreuve écrite dont l’objectif est d’évaluer la capacité d’analyse, l’aisance rédactionnelle et la culture générale des candidats ;

– à un oral face à un jury composé d’enseignants (universitaires et professionnels) de la formation et de représentants d’entreprises.
Cet oral vise à apprécier les motivations du candidat, sa connaissance des métiers des études et du conseil et son projet professionnel, sa capacité d’expression à l’oral, sa culture générale.

Priorité sera donnée aux candidats ayant signé un contrat d’apprentissage à l’issue du processus de sélection.

Modalités de candidature

Vous souhaitez déposer une demande d’inscription à l’université Paris Diderot pour 2018-19.

Inscription annuelle :

Profils et statuts spécifiques :

Insertion professionnelle

Chargés d’études et consultants sont des « agents de changement ». Leur mission consiste à aider des organisations (entreprises, administrations, collectivités locales…) à diagnostiquer les menaces et opportunités que contient leur environnement, puis à définir et à mettre en œuvre les comportements adaptés. L’action du chargé d’étude porte plus particulièrement sur la phase de diagnostic. Le consultant intervient plus spécifiquement dans l’aide à la définition de stratégies et leur mise en œuvre.

http://www.ccese.info/wp-content/uploads/2017/02/Bilan-janvier-2017.pdfTÉLÉCHARGER LE BILAN 2017 D’INSERTION PROFESSIONNELLE DES DIPLÔMÉS

Chargés d’études et consultants sont employés dans des organismes variés:

  • les bureaux d’études et cabinets de consultants
  • les services études des grandes entreprises
  • les banques
  • les organisations syndicales patronales ou de salariés
  • les chambres de commerce et d’industrie
  • les ministères et grandes administrations
  • les collectivités locales, agences de développement local…

Une carrière professionnelle dans le domaine des études et du conseil nécessite, outre une solide formation technique, une grande curiosité intellectuelle, un sens de l’analyse, des qualités rédactionnelles et relationnelles…

Les chargés d’études et consultants peuvent intervenir dans des domaines extrêmement variés : analyse de la conjoncture, études de secteurs, conseil en stratégie, études de marchés ou d’opinions, conseil en organisation et en gestion des ressources humaines, animation du développement local…

Le contenu de la formation a été élaboré (après concertation avec le milieu professionnel) de manière à former des chargés d’études et consultants généralistes, capables d’une importante polyvalence.

L’accent est donc mis sur la culture générale et les méthodes. La spécialité de master offre toutefois aux étudiants la possibilité de procéder à un approfondissement thématique dans le champ des études de diagnostic (de marchés, de secteurs ou de territoires), ou dans celui de l’analyse de l’organisation, de l’emploi et des ressources humaines.

Le premier emploi de nos jeunes diplômés témoigne de la diversité des débouchés. Une majorité est embauchée par des entreprises du secteur des études et du conseil : cabinet d’études marketing, cabinets de conseil, instituts d’études d’opinion, instituts d’études sectorielles… Toutefois, un nombre significatif de diplômés trouve son premier emploi chez les « annonceurs » (les clients des entreprises d’études et de conseil), notamment au sein de leurs services d’étude. Cette diversité des débouchés constitue en quelque sorte l’écho de la diversité de profil des étudiants à l’entrée. A l’issue d’une solide année de formation méthodologique, chacun peut tirer profit de sa spécialisation initiale et développer la spécificité de son projet professionnel.

Près de 60 % (environ 2 diplômés sur 3 si l’on ne tient pas compte de ceux qui ont souhaité passer quelque temps à l’étranger ou poursuivre leurs études) ont trouvé un emploi dans les quatre mois ayant suivi l’obtention de leur diplôme. Certains parmi eux ont été recrutés par les entreprises qui les avaient accueillis en apprentissage. Environ les trois quarts des diplômés occupaient un emploi 10 mois après la fin de leur formation, et plus  de 95 % (de ceux dont on a gardé la trace…) après 16 mois.

 

En chiffres

Taux de réussite : 95%

Contacts

Responsable(s) de la formation

Philippe Moati
0157275895

Scolarité formation initiale

Gisèle Pagano
Gestionnaire de Formation continue
UFR GHES , Bâtiment Olympe de Gouges
8, Place Paul-Ricœur
75013 Paris