RENCONTRE

Théo Raoul Hebrard, médaille de bronze aux championnats d’Europe en Slovénie, à droite sur la photo.

-A +A

Théo Raoul Hebrard, en route vers les championnats du monde

Le judoka Théo Raoul Hebrard, inscrit depuis la rentrée dans notre université, participe aux championnats du monde le 18 octobre.

Théo a commencé la rentrée sur les chapeaux de roues. Une semaine après la reprise des cours, il est allé décrocher une médaille de bronze aux championnats d’Europe qui se déroulaient en Slovénie. Cette performance l’a directement qualifié pour les championnats du monde qui ont lieu dans les prochains jours à Zagreb. Champion de France en titre dans la catégorie Junior -55kg, le judoka a intégré le groupe national à l’Insep en août dernier. « Il se passe plein de choses pour moi en cette rentrée, je débarque à Paris et je découvre une nouvelle université et des nouvelles conditions d’entrainement ».
 

Un très bon accueil de l’université

Le jeune homme de 19 ans a grandi dans le Var où il a commencé le judo. Au collège, ses bons résultats au niveau régional l’ont conduit logiquement vers le « sport-études » à Nice. Après le Bac, il rejoint le pôle France à Marseille et tente la même année la prépa PCSI.  Finalement, il entre en Licence informatique, son autre passion. Quand il apprend que l’Insep lui propose de s’entraîner avec les meilleurs judokas français, Teddy Riner et beaucoup autres, il n’hésite pas longtemps à monter à la capitale. « Je me suis tourné vers l’université Paris Diderot car je connais un autre judoka de haut niveau, Jean Daniel, qui m’a conseillé de m’inscrire dans cette licence informatique ». Théo n’est pas déçu de l’accueil qui lui est réservé, l’administration lui facilite la vie en proposant un emploi du temps sur mesure. « Je remercie les responsables de l’UFR et les professeurs de m’accorder ces libertés. Si j’avais pu profiter des mêmes facilités pour trouver un logement à Paris ! »

 

Des grosses journées en perspective

Théo Raoul Hebrard n’a pas une minute à lui en cette période de préparation des championnats du monde. Il court entre les entrainements quotidiens dans le temple du sport de haut niveau au Bois de Vincennes et les enseignements de deuxième année de Licence. « Ce sont des grosses journées, mais les cours se passent bien, je me suis habitué au langage de programmation qui n’est pas le même qu’à l’université de Marseille ». Il sait qu’il devra rattraper certains cours en cette veille de compétition, « les profs mettent tout en ligne, c’est pratique ». Le judoka est habitué à l’adversité, ne serait-ce qu’au niveau alimentaire. « Je fais des régimes depuis plusieurs années pour me maintenir dans ma catégorie. Cela fait longtemps que je n’ai pas mangé au restaurant ». Qu’il se console, cette saison, il passera chez les seniors et devra monter sur le tatami dans la catégorie -60 Kg. « Pour une fois, je devrais prendre du poids, enfin du muscle ! »