Chaire UNESCO Santé sexuelle et droits humains
-A +A

Santé sexuelle pour tous

La santé sexuelle est devenue une approche transversale pour les médecins, les psychologues et les juristes. L’université Paris Diderot accueille le premier pôle de santé sexuelle, de sexologie et droits humains en France qui délivre des diplômes, propose un cycle de conférences et participe à la recherche en santé sexuelle.

 

Infections sexuellement transmissibles, contraception, infertilité, violences sexuelles, identité de genre, éducation à la sexualité…, autant de thèmes couverts par l’approche de la santé sexuelle. Ces problématiques occupent indiscutablement une place plus grande ces dernières années. En 2002, l’OMS définissait la santé sexuelle comme « un état de bien-être physique, émotionnel, mental et social (…) qui donne la possibilité d’avoir des expériences sexuelles qui apportent du plaisir en toute sécurité et sans contraintes, discrimination ou violence ». La santé sexuelle ne consiste donc pas uniquement en l’absence de maladie, elle inclut aussi des droits sexuels. Les législateurs français ont d’ailleurs intégré ce concept l’an dernier dans le code de la santé publique par l’intermédiaire de la nouvelle loi de modernisation de notre système de santé.

A l’université, les lignes bougent aussi. En 2007, l’université Paris Diderot ouvrait un premier DU de santé sexuelle et droits humains. L’an dernier, un pôle transdisciplinaire de santé sexuelle, de sexologie et droits humains était créé en partenariat avec la fondation Paris Diderot. Ce pôle, unique en France, a pour objectif d’innover en matière de santé sexuelle en convoquant des médecins, des sociologues, des psychologues et des juristes autour d’un programme d’enseignements et de recherche. Le professeur Thierry Troussier, le responsable de ce pôle, précise que « l’UFR médecine abrite aussi une chaire UNESCO Santé sexuelle et droits humains qui contribue au développement d’un réseau national et international universitaire ».

 

Conférences, diplômes, publications


A la rentrée prochaine, deux nouveaux DIU (diplôme inter-universitaires) seront proposés en lien avec les universités de Toulouse et de Lyon 3. Le premier traite d’onco-sexologie et le deuxième s’adresse aux personnes expertes en situation de handicap. Pour diffuser les connaissances auprès d’un large public, le pôle a également ouvert en janvier un cycle de conférences à la Halle aux farines. Gratuites, les séances sont animées par des professeurs qui ont 90 minutes pour répondre à ces questions : « La santé sexuelle, de quel droit ? », « Qu’est-ce que le genre ? », « Qu’apporte l’approche de santé sexuelle dans la lutte contre le VIH ? »

« Nous menons plusieurs actions pour placer la santé sexuelle au cœur des réflexions et des enseignements », indique le professeur Thierry Troussier. La recherche est naturellement au centre des préoccupations des enseignants-chercheurs associés au pôle qui publient dans des revues scientifiques et échangent régulièrement avec des représentants de l’OMS et de l’association World association for sexual health (WAS). « Nous nous plaçons à l’échelle internationale en créant également des cours avec des universités dans les six régions du monde et en organisant des journées internationales de la Chaire santé sexuelle et droits humains ». La prochaine journée aura lieu le 15 septembre 2017 à Paris au ministère chargé de la santé.
 

Prochaines conférences

  • Mercredi 13 décembre : conférence de lancement du cycle 2017 et présentation des nouvelles actions engagées (Mooc, DU...)

 

Accès GRATUIT sur inscription uniquement

Visionner les Replay des conférences passées sur la chaine YouTube

QISSTM : une application pour sensibiliser les 15-25 ans au VIH

 

ON EN PARLE DANS LES médias