Développement durable
-A +A

L’eau de rosée, une source à explorer

Laurent Royon, professeur en sciences physiques, s’est rendu dans un village au Bénin pour installer un dispositif permettant de collecter l’eau de rosée. Une expérience scientifique et humaine.

 

L’eau de rosée peut-elle être une source d’eau alternative ? Est-ce une solution pour produire de l’eau potable ou bien pour cultiver des terres dans certaines régions ? La question ne date pas d’aujourd’hui, plusieurs chercheurs ont essayé au cours du 20e siècle de « stocker » la rosée matinale. Des expériences ont été menées dès les années 30 en Ukraine avec des structures de galet par exemple. Laurent Royon, professeur à l’université Paris Diderot et chercheur au LIED (laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain), considère que l’idée de collecter l’eau de rosée mérite d’être approfondie à l’heure où un habitant sur six manque d’eau potable sur cette planète.

Avec un groupe de quatre étudiants en DUT Mesures physiques, l’enseignant-chercheur a développé un prototype de condenseur d’eau de rosée. Ce projet a été financé en grande partie par la Fondation nationale des IUT, en collaboration avec l’organisation OPUR et les conseils de son président Daniel Beysens. « Notre dispositif est constitué d’un « foil », une sorte de toile en polyéthylène, qui présente de fortes propriétés radiatives dans l’infra-rouge. Ainsi la vapeur d’eau atmosphérique va pouvoir se condenser sur la toile qui se refroidit par l’échange radiatif avec le ciel la nuit, puis les gouttelettes d’eau de rosée vont pouvoir glisser le long de la paroi inclinée dès qu’elles seront suffisamment grosses pour ensuite être alors stockées dans des récipients ». La toile d’un mètre carré permet de collecter environ un demi litre d’eau par nuit. Laurent Royon travaille également avec un doctorant, Joachim Trosseille, sur ce projet de recherche en proposant de rainurer la surface du condenseur en vue d’améliorer le rendement du dispositif. Les deux chercheurs, guidés par les principes du biomimétisme, ont étudié la surface à la fois de la carapace d’un scarabée de Namibie et d’un cactus afin de définir la configuration optimale des rainures.

 

Une expérience applaudie par les villageois

L’opportunité de tester le prototype en Afrique de l’Ouest est venue avec une invitation à un colloque organisé en avril dernier au Bénin. Laurent Royon a profité de ce séjour en Afrique pour installer le condenseur d’eau de rosée dans un petit village au nord de Cotonou. Dans le village de Logozohé, l’eau est devenue un bien rare, surtout depuis que la rivière voisine est polluée par des déchets d’une nouvelle usine gérée par une entreprise chinoise. « Nous avons choisi le village de Logozohé car il se situe dans une région où la rosée du matin est relativement présente. Les chefs du village nous ont autorisés à installer le condenseur d’eau de rosée ainsi qu’une station météorologique ». Le jour de l’installation, Laurent Royon était accompagné de plusieurs chercheurs qui participaient au colloque. Ensemble, ils ont monté le dispositif d’un mètre carré environ sur la toiture d’un équipement communal. « Si les résultats de cette expérience s’avèrent satisfaisants, nous espérons tendre une « toile » de 1800 m2 l’année prochaine. Cela permettrait de stocker presque 1000 litres d’eau par nuit ». Ces chiffres donnent de l’espoir aux 600 habitants du village qui ont chaleureusement remerciés les chercheurs. « C’était très émouvant, les femmes et les enfants ont dansé et les chefs ont prononcé de beaux discours lors de l’inauguration. Dans cette région où les rites vaudou sont très prégnants, notre démarche a même été approuvée par les « sorciers » du village ».

Laboratoire

Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain

Le LIED a pour objectif fondateur de développer « l’écologie des énergies », en menant à la fois recherches scientifiques et techniques guidées par les problèmes à résoudre dans le cadre de la transition énergétique.

DUT Mesures physiques

L’IUT Paris Diderot est au service des étudiants désirant se former en collaboration avec les entreprises et le monde universitaire dans le domaine scientifique. Basé sur un enseignement théorique et pratique de haut niveau, ouvert sur le...