Parole d'étudiant
-A +A

La voie de l’horlogerie

Leslie Villiaume, étudiante en Master d’histoire et civilisations comparées, a reçu une bourse d’études de la Fondation des Monuments Historiques. Son mérite et aussi son originalité : elle prépare simultanément une thèse en histoire des sciences, le concours de l’Institut National du Patrimoine et un CAP Horlogerie.

Au Carrousel du Louvre, le 2 novembre dernier, l’étudiante de l’université Paris Diderot s’est vu remettre une bourse de 4500 € versée par la Fondation des Monuments Historiques et le mécène Crédit Agricole Ile de France. « Un sérieux coup de pouce qui m’aide à payer mon loyer et m’encourage à poursuivre mon projet ». Au lieu d’employer le mot « projet », elle aurait pu dire son « rêve ». Leslie aspire à devenir restauratrice en horlogerie ancienne. Elle se passionne pour ce patrimoine public depuis longtemps. «Je m’intéresse aux Sciences et à l’Histoire et j’aime me servir de mes mains, l’horlogerie est donc une bonne synthèse ».
 

Une formation pluridisciplinaire

Depuis dix ans, Leslie trace son chemin dans les études supérieures. Elle a commencé par une prépa de mathématiques et de physique qu’elle combinait avec les cours d’art de l’école du Louvre. Puis elle a décroché une licence de mathématiques, deux DU en Astrophysique et un magister au Conservatoire national des arts et des métiers. « Actuellement, je termine mon doctorat d’histoire des sciences qui porte sur la prestidigitation en Europe au XIXe siècle tout en préparant un CAP Horlogerie ». Un parfait cocktail de théorie et de savoir-faire. Et comme cela ne suffisait pas, notre insatiable étudiante a rejoint le master 2 d’histoire et civilisations comparées de l’université Paris Diderot. « Ce M2 spécialité Ville, Architecture et Patrimoine (VAP) est très intéressant, il prépare au concours de l’INP (Institut National du Patrimoine) dans l'option Patrimoine scientifique technique et naturel (PSTN). Il n’y a pas beaucoup d’endroits où préparer cette formation spécialisée dans le patrimoine scientifique. L’approche des enseignants de l’université Paris Diderot est très ouverte, leurs cours passionnants ». Le parcours de préparation au concours de l'INP de la spécialité VAP existe depuis deux ans seulement. Cette année deux étudiantes ont été admises au concours d’attaché de conservation en PSTN sur les neuf places disponibles. Une étudiante est admissible au concours de l'INP en PSTN sur 4 admissibles (les oraux sont en cours).

 

Une vocation exigeante

Entrer à l’INP lui ouvrirait l’accès au chantier de restauration des belles horloges de France. « Les jeunes horlogers que je côtoie dans les cours du CAP sont moins attirés par les métiers de la restauration, beaucoup visent les maisons du luxe ». La jeune femme âgée de 27 ans a également choisi de suivre le M2 de Paris Diderot pour les stages imposés par ce cursus professionnalisant. Elle travaille un jour par semaine au Musée de la Musique depuis octobre et elle sera bientôt en poste au Musée International d’Horlogerie de La Chaux-de-Fonds en Suisse. « Dans cet emploi du temps surchargé, je dois trouver le temps de réaliser un mémoire de Master sur l’horlogerie marine du XVIIIe et XIXe siècles, sous la direction de Liliane Hilaire-Pérez ». Si on savait que le cordonnier était le plus mal chaussé, on découvre avec Leslie que l’horloger n’a pas une minute à lui !