Plateforme pédagogique
-A +A

iLumens Diderot : la simulation pour de vrai

Jamais sur un patient la première fois, c'est désormais possible pour les étudiants de médecine de Paris Diderot qui s'initient désormais à la pratique sur la plateforme de simulation iLumens Diderot qui ouvre de belles perspectives pour l’UFR médecine.

Sarah pose le pavillon de son stéthoscope sur le torse d’un mannequin. Elle écoute attentivement pour repérer un souffle cardiaque. « Est-il systolique ou diastolique ? », l’interroge la chef de clinique qui anime l’atelier. « J’entends un souffle continu qui démarre sur le premier boum », répond la jeune étudiante de 2ème année. Ce cours de sémiologie est désormais pratiqué à la plateforme de simulation installée sur le site Pajol (18ème arrondissement). Ce lieu, baptisé iLumens, donne accès à des mannequins permettant aux étudiants d’effectuer les examens cliniques. « Auparavant, les étudiants apprenaient ces gestes directement sur les patients dans le cadre des stages, explique Albert Faye, pédiatre et coordonnateur de la session pédagogique. L’intérêt d’une plateforme de simulation est d’une part de ne plus jamais effectuer un premier geste médical sur le patient et d’autre part d’homogénéiser les pratiques ».

Sarah confirme qu’elle préfère s’exercer sur le mannequin. « A l’hôpital, je n’ose pas déranger le patient. Ici, je suis plus à l’aise et je peux ouvertement demander de l’aide au chef de clinique ». Sa camarade, Alma, ajoute que ce cours offre le temps de répéter les gestes et permet de gagner de la confiance en soi. Faïza Bensmaine, chef de clinique à Lariboisière, apprécie aussi ce confort. « A l’hôpital, nous n’avons pas une minute à nous. Nous arrivons à transmettre nos savoirs aux étudiants, mais pas dans d’aussi bonnes conditions ». Pour Faïza Bensmaine, la simulation passe aussi par des exercices entre les étudiants. « Pour apprendre à repérer les différents pouls, le mieux est d’ausculter son camarade. Nous n’avons pas besoin de mannequin ». Couché sur un tapis de gym, Alma lève le bas de son pantalon afin que Clara puisse identifier son pouls poplité, situé derrière le genou. « C’est le plus dur à trouver ! »

La technologie pour simuler, mais pas seulement

Pour l’inauguration de la plateforme, les étudiants de 2e année ne manipulent pas les mannequins équipés de haute technologie. Le SimMan, le simulateur de patient haute fidélité avec ses pupilles réactives, sera mis prochainement entre les mains des étudiants de deuxième et de troisième cycle. « Nous mettrons également en place des scenarii complexes de « serious game » que nous avons élaborés avec les confrères de l’UFR médecine », ajoute Patrick Plaisance, directeur de iLumens Diderot. Dans les prochaines semaines, les enseignants se placeront ainsi derrière les vitres teintées des régies accolées aux huit salles de la plateforme de simulation pour observer les étudiants en situation. Ces derniers seront évalués sur leur technicité mais aussi sur leur savoir être avec les patients et les familles interprétés par des comédiens.

Cette plateforme, qui se distingue des autres plateaux de simulations parisiens en étant axée sur l’interprofessionnalité des métiers de santé et sur les pratiques chirurgicales, est un formidable atout pour l’UFR médecine. Toutes les équipes pédagogiques et administratives se mobilisent depuis des mois pour développer ce site. La récompense arrive avec la satisfaction des étudiants à l’issue de leur première séance et aussi avec les sollicitations des industriels qui veulent déjà louer des salles de simulation pour former leur personnel.

Lieu >
UFR Médecine - site Pajol