Formation
-A +A

Doctorat et entrepreneuriat : un duo gagnant

Le doctorat - PhD en anglais - est le plus haut diplôme de l’enseignement supérieur. Il est reconnu par tous, scientifiques, dirigeants d’entreprise ou politiques, comme étant une formation ouverte sur l'international.

Ce statut hybride d’étudiant/chercheur permet d’entrer progressivement dans le monde de la recherche. D’ailleurs, Laurent Daudet, professeur de physique à Paris Diderot et directeur technique de la startup LightOn, encourage les plus curieux à se lancer : « Le doctorat est une formidable formation où l'on se frotte vraiment au quotidien du chercheur, où l'on devient un véritable acteur au sein du monde de la recherche. La principale motivation doit donc être la curiosité, l’envie non seulement d’apprendre et de comprendre les travaux des autres chercheurs, mais surtout de pousser plus loin l’art de la recherche sur un sujet particulier. Le doctorat, c’est donc cette lente mue en trois ans où l'on passe progressivement de l’état d’étudiant à celui de chercheur ».

Le doctorat en entreprise, un pont entre monde académique et industriel

Dans l’imaginaire collectif, le doctorat est synonyme de recherche académique. Or comme nous l’explique Thulaciga Yoganathan, doctorante à l’INSERM, ce diplôme offre de nombreuses opportunités en dehors du monde académique : « Après le doctorat, plusieurs voies s'offrent à nous : une voie en effet académique (post-doctorat) mais également une voie non académique : auto-entrepreneuriat, ingénieur(e) R&D en entreprise, ingénieur(e) assurance-qualité, ingénieur(e) commercial, chef de projet en entreprise...) Il y a plus de débouchés qu'on y pense ». Laurent Daudet confirme que pour les doctorants, « le travail en entreprise est de loin le débouché le plus important… voire même la création d’entreprises. Il y a une diversité de postes possibles, mais il faut anticiper cet atterrissage le plus tôt possible avant la fin du doctorat : stages, formations complémentaires, années de post-doctorat, premiers contacts avec des industriels, etc ».

Certes, dans un environnement économique en continuelle évolution, la recherche et l’innovation sont des atouts non négligeables pour les entreprises qui souhaitent garder un avantage compétitif. L’expertise des chercheurs est importante car elle permet de construire une économie des savoirs. « Dans beaucoup de pays étrangers, le doctorat est le diplôme de référence pour les élites intellectuelles, parce qu’il n’y a pas de meilleur moyen de développer un esprit à la fois critique et analytique » explique Laurent Daudet.

Mais au-delà de l’expertise pointue sur un sujet donné, les doctorants sont également dotés de compétences non négligeables pour les entreprises. Les doctorants développent, en effet, des compétences qui peuvent intéresser tous les secteurs d’activité. Comme en témoigne Thulaciga le doctorat est plus qu’un simple diplôme, il constitue une véritable expérience professionnelle : « Durant les 3 années de thèse, on devient expert d'une technique et/ou d'une filière et surtout on apprend à rédiger un appel d'offre pour obtenir un financement, une demande d'autorisation de projet au comité d'éthique, à faire du management, à gérer un projet de recherche, à valoriser et communiquer au niveau international son projet par la rédaction d'articles scientifiques et de présentations sous différents formats (poster scienfitique, PPT etc.) et à maitriser aussi bien l'écrit que l'oral en anglais. En somme, on acquiert des compétences très variées et prisées par les entreprises car on devient assez polyvalent et on est capable de s'adapter à toutes les situations ».

QUAND DOCTORAT RIME AVEC entrepreneuriat 

Pour Laurent Daudet, les doctorants ont toutes les qualités requises pour se lancer dans l'entreprenariat : « On voit de plus en plus de jeunes docteurs lancer leur startup, et c’est une bonne chose… si c’est bien mûri ! Tous les docteurs ont déjà démontré une certaine dose de résilience et de ténacité, deux qualités essentielles à l’entrepreneuriat ! Il faut également savoir vulgariser, expliquer simplement ce qui fait sa force et sa singularité. Là où c’est le plus dur pour un docteur c'est probablement d’acquérir une logique économique et financière, car on interagit avec des gens (investisseurs, clients, fournisseurs, …) dont le but est avant tout de gagner de l’argent - cela a l’avantage d’être simple et explicite ».

Avant de lancer une start'up, Pierre Gellie, alumni de Paris Diderot et co-founder de Lytid (start-up commercialisant une technologie de rupture basée sur plusieurs années de recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques de l'université Paris Diderot), conseille surtout de bien s'entourer : « Il faut absolument parler de son idée à un maximum de personnes qualifiées (famille et amis n'en font pas partie). Demandez à vos futurs utilisateurs et futurs clients ce qu'ils pensent de votre idée et vous serez vite fixés sur la viabilité de votre projet. N'ayez pas peur de dévoiler votre idée ! Si en en parlant quelques minutes, la personne en face se dit capable de faire la même chose que vous, c'est que n'est pas une idée originale ! N'hésitez pas à vous associer avec une personne au profil complémentaire au vôtre (technique + commercial). La start-up lorsqu'on est tout seul c'est très difficile. Un conseil : créez la structure juridique le plus tard possible, idéalement à la première commande ». 

Comme en atteste Pierre, l'écoute et la persévérance sont des qualités essentielles lorsque l'on souhaite se lancer dans l'entreprenariat : « Soyez à l'écoute de vos mentors/accompagnateurs car ils ont le recul nécessaire pour vous amener à vous poser les bonnes questions. Le piège est de se retrouver rapidement la "tête dans le guidon" dans l'opérationnel et perdre de vue l'objectif. La persévérance est la seconde qualité indispensable pour un entrepreneur. Monter son entreprise est une aventure humaine riche mais qui comporte aussi des hauts et des bas et il faut savoir gérer ces moments. Ne pas abandonner dès le premier obstacle et savoir arrêter quand il le faut, en ayant le recul nécessaire ».

 

 

ORIENTATION ET INSERTION PROFESSIONNELLE

Entreprendre avec Paris Diderot

Cultivez votre esprit d'entreprendre et bénéficiez d'un accompagnement personnalisé grâce au partenariat entre l'université et PEPITE Creaj IDF.
ORIENTATION ET INSERTION PROFESSIONNELLE

Valoriser son expérience doctorale

Docteur ou doctorant, avez-vous pensé au monde de l'entreprise? Les entreprises apprécient de plus en plus les compétences scientifiques des docteurs et leur capacité d'innovation. Apprenez à valoriser votre expérience doctorale comme une...
Success Story

LightOn, au cœur de l'innovation

LightOn est une start-up qui développe un nouveau matériel informatique basé sur l'optique. Rencontre avec Laurent Daudet, professeur de physique à Paris Diderot, co-fondateur et directeur technique de LightOn.