Parole d'étudiant
-A +A

Destination Victoria et Albert Museum avec Théo

Les offres de mobilité étudiante sont de différents types à l’université ! Pour Théo, étudiant en master d’Histoire, le stage professionnel est une opportunité remarquable et une « expérience incroyable ! »

Un impératif devenu plaisir : la rédaction du mémoire

Théo est en train de finir son master de recherche, spécialité "Identité, altérités, histoire de l'Europe". L’année prochaine, il entre en master professionnel "Ville, architecture, patrimoine" afin de passer le concours d’attaché à la conservation du patrimoine scientifique, technique et naturel (PSTN).

Comme sujet, Théo a choisi de travailler sur l'histoire des techniques, plus précisément sur la Society of Arts de Londres au XVIIIème siècle (existant toujours sous le nom de Royal Society of Arts (RSA)) et sur leur dépôt public : « Cette société savante a organisé de nombreux prix compétitifs dans toute l'Angleterre recueillant ainsi de nombreux modèles de machines en tout genre (agriculture, manufactures, grues). Ces modèles furent placés dans le dépôt à Londres qui était ouvert au public » développe-t-il.

C’est ce qui a motivé son départ l’année dernière : « J’ai effectué ce séjour de trois mois au Victoria et Albert Museum de Londres car j’avais besoin d'archives et de sources, accessibles uniquement là-bas » explique-t-il. D’autant plus qu’un accord a récemment été établi entre l’université et le musée : « Je souhaitais trouver le plus d’archives possibles pour faire en sorte que l'accord signé entre les deux établissements en vaille la peine. » Premier étudiant à en profiter, cela n’a pas facilité les démarches comme en témoigne Théo : « L'accord permet à un seul étudiant de partir. Ca a été compliqué de comprendre quels documents me demandait le musée. » Pourtant, il souligne son entrain :

« Si c’était à refaire … Evidemment ! »

Une expérience professionnelle qualifiante et qui fait murir

Théo a développé différentes qualités grâce à cette expérience. Il insiste d’abord sur les connaissances universitaires et professionnelles qu’elle lui a permis d’acquérir : « J’ai pu adopter une vraie méthode de travail et une organisation efficace. C'était la première fois que je travaillais dans des archives, j'ai donc appris sur le tas. » En outre, l’étudiant est particulièrement ravi d’avoir été immergé « au sein d’une équipe de chercheurs, ce qu’on ne fait habituellement jamais en Master » et d’avoir ainsi assimilé des compétences spécifiques telles que « leurs méthodes de travail, le fonctionnement d'un département de recherche (budget, publications, colloques, enseignements) ».

Le sujet, comme le lieu d’étude, l’ont réellement passionné : « C'était impressionnant et motivant de travailler sur des documents témoignant d’événements, de réunions, de discussions ayant eu lieu, pour une partie, dans le bâtiment où je me trouvais. C'est aussi passionnant de suivre le processus de sélection des machines. »

Mais l’enrichissement personnel est aussi considérable puisqu’il affirme « Ce voyage m’a changé : il m’a rendu plus mature. Il m'a permis de me rendre compte, au quotidien, que j'aimais faire ce que je faisais. » Il a aussi misé sur l'intégration dans un pays étranger : « je suis sorti le plus possible pour me faire des amis et j'ai pris de nouvelles habitudes que je n’avais pas en France : le changement de culture et de contexte peut y être propice. »

 

Le conseil de Théo :

  • Ce qu’il ne faut surtout pas faire : « Par pitié, ne restez pas entre Français, c’est trop dommage. Ne pas se cloisonner chez soi non plus ! » Au contraire…
  • Avoir confiance en ses capacités est un état d’esprit à adopter pour cette mobilité, comme le souligne Théo, pour qui la plus grande difficulté a été de « m'auto-convaincre que je méritais ma place dans une équipe de professionnels ayant tous au moins une thèse et travaillant dans l’un des plus grands musées du monde ! » Mais ce challenge a finalement motivé ses efforts : « J’ai abattu une énorme charge de travail puisque je n'avais pas les qualifications requises pour ce poste, en postulant en dehors de l'accord. »
  • Tant de comportements qui amènent à « S'approprier l'endroit où l'on travaille et l'endroit où l'on habite ». Et surtout, n’oubliez pas de marquer le coup d’une expérience qui s’avère souvent unique « Célébrez votre arrivée et votre départ ! » 


> Retrouvez, tout l'été, en Une du site de l'université Paris Diderot, le témoignage d'étudiants en mobilité internationale.

UFR Géographie, Histoire, Economie et Sociétés

L’UFR GHES s’inscrit dans le domaine des Lettres, sciences humaines et sociales (LSHS), en recherche et formation. Sa structure pluridisciplinaire, entre Géographie, Histoire et Economie et son insertion internationale assurent son originalité à l'...

Bureau des relations internationales

Le Bureau des relations internationales a pour mission principale de mettre en oeuvre la politique de l'établissement dans le domaine international. Il est l'interlocuteur aussi bien des étudiants que des enseignants souhaitant partir à l’étranger...

Faire un stage à l'étranger